Dossier COVID : coup de projecteur sur les mesures du gouvernement pour les salariés

Face à "la plus grave crise sanitaire depuis un siècle", Emmanuel Macron livrait il y a presque un an[1] un discours très solennel, jurant de protéger les français face aux conséquences sociales inhérentes, appelant notamment à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour protéger les travailleurs, déjà où bientôt touchés, avec des mots cinglants :  « quoi qu'il en coûte ». Tour d’horizon des mesures phare mise en œuvre pour protéger ces derniers, depuis le début de la crise.


[1] 12 mars 2020

Très attendu par les travailleurs, et afin d'éviter les licenciements résultant de la baisse d'activité liée à l'épidémie du Covid-19, le dispositif d'activité partielle a évolué. En effet, encadré par les articles L. 5122-1 et suivants et R. 5122-1 et suivants du Code du travail, le Gouvernement a décidé de le transformer structurellement, dans l’urgence, par le décret du 25 mars 2020[1].

Dans les grandes lignes, le recours au chômage partiel a été facilité pendant cette période de crise, le dispositif élargi au secteur public et aux entreprises étrangères sous certaines conditions, la liste des salariés éligibles également étendue. De plus, la prise en charge de l’État a été revalorisée.

Concrètement, le dispositif de chômage partiel fonctionne en 2 temps : Premièrement, le salarié reçoit de son employeur une indemnité d’activité partielle, en lieu et place de son salaire. Cette indemnité correspond à 70 % de son salaire brut (soit environ 84 % de son salaire net) avec un minimum de 8,11 € par heure[2]. Ensuite, l'entreprise bénéficie d'une allocation versée par l'État correspondant à 84 % du montant de l'indemnité d'activité partielle du salarié.

Pour les entreprises des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture, du transport aérien et de l’évènementiel, ainsi que les entreprises des secteurs faisant l'objet de restrictions législatives ou réglementaires particulière, ces dernières bénéficiaient jusqu’au 31 décembre 2020, d'une prise en charge à hauteur de 100 % de l'indemnité d'activité partielle versée aux salariés.

Mais avec un coût estimé à près de 30 milliards d'euros[3] pour le chômage partiel, le gouvernement cherche peu à peu à sortir petit à petit du « quoiqu’il en coûte », puisque à compter du 1er mars 202, les salariés percevront une indemnité de 72 % (au lieu de 84 %).

Si le gouvernement semble rassembler son énergie pour aider les salariés, il n’en oublie pas les autres travailleurs. Ainsi, depuis le début de la crise sanitaire du Coronavirus COVID-19, l'État et les Régions ont mis en place un fonds de solidarité[4] pour prévenir la cessation d’activité des petites entreprises, micro-entrepreneurs, indépendants et professions libérales, particulièrement touchés par les conséquences économiques du Covid-19.

Enfin, par un décret en date du 30 décembre 2020[5], le gouvernement a créé une aide aux travailleurs précaires : cette aide, dont 400 000 personnes avaient déjà bénéficié début février, permet à toutes celles et à tous ceux qui ont travaillé au moins 138 jours en CDD ou en intérim (soit plus de 60 % du temps de travail annuel) en 2019, mais qui n'ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits à l'assurance-chômage du fait de la crise liée à l'épidémie de Covid-19, de bénéficier d'une garantie de revenu minimum de 900 euros par mois. Cette aide est versée automatiquement par Pôle emploi aux demandeurs d'emploi qui remplissent les critères. Elle a récemment été prolongée pour les mois de mars, avril et mai[6].

 

Cyprien CAUX 

 

[1] Décret n°2020-325 du 25 mars 2020.

[2] Les salariés dont la rémunération était inférieure au SMIC (apprentis par exemple) bénéficient d'une indemnité égale à leur rémunération antérieure

[3] « Vers un durcissement du chômage partiel le 1er mars? », BFM TV, 16 février 2021

[4] « Fonds de solidarité pour les entreprises, indépendants, entrepreneurs », www.economie.gouv.fr

[5] Décret n° 2020-1785 du 30 décembre 2020 instituant une prime exceptionnelle à destination de certains demandeurs d'emploi

[6] « Le gouvernement prolonge l’aide aux travailleurs précaires », lepoint.fr, 15 février 2021

Covid-19 salariés

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Florence Guillottin
    Si vous voulez renouer avec votre ex partenaire c'est le meilleur que vous puissiez contacter,délai respecté,tarif bas

    Mon nom est Florence GUILLOTTIN, je veux utiliser ce forum pour partager mon petit témoignage avec le monde ,sur la façon dont j'ai obtenu mon ex mari de nouveau à moi grâce à l'aide d'un lanceur de sorts puissants.

    Voici mon histoire . Après 9 ans de mariage avec mon mari CHARLES, il a divorcé et s'est séparé de moi et mon enfant. Un jour que je passais par Internet à la recherche d'emploi, j'ai vu différents témoignages sur la façon dont un homme les a aidés à résoudre leurs problèmes. L'un d'eux a dit qu'il l'a aidé à guérir ses maladies, l'autre dit qu'il a aidée tombée enceinte après 11 ans d'être sans enfants et j'ai vu un autre qui dit qu'il l'a aidé à sauver son mariage et obtenir un bon emploi, elle a laissé l'Email de ce grand homme, je doutais , mais j'ai décidé de faire un essai . Quand je l'ai contacté, il m'a proposé une série de rituel de 9 jours, et 7 jours exactement 7 jours après le début des travaux mon mari est revenu me suppliant et en s'excusant. Aujourd'hui, nous sommes heureux ensemble, avec beaucoup d'amour, de joie. Avec nos 3 enfants , un garçon et deux filles. Cet homme est un envoyé de Dieu pour aider les gens à résoudre leurs problèmes. Vous pouvez aussi contacter ce grand lanceur de sort aujourd'hui,

    E-mail : contact.maitreamangnon@yahoo.com

    Téléphone Watshapp : +229 9778 8791

    Contactez-le sur l'un des problèmes suivants : Rupture amoureuse ou de divorce- chagrin d'amour de chance et de travail.
    Contactez ce monsieur Maître Comlan Amangnon aujourd'hui et vous serez heureux.
  • Sylvie Godet
    Il y a un an, n'étant plus très disponible pour m'investir dans mon couple à cause de mon activité professionnelle très compliquée à gérer à ce moment j'ai délaissé il est vrai quelque peu mon mari étant complètement accaparée par mon travail. A la limite du burn-out j'ai réalisé bien trop tard que les tensions dans mon couple avait été trop fortes pour que mon conjoint le supporte, et il est parti après avoir subi durant plusieurs semaines ma très mauvaise humeur et mes reproches imbéciles… J'ai alors compris à ce moment là en pleine dépression qu'il était indispensable à ma vie et que j'avais fait une grave erreur en négligeant à ce point notre relation qui était si équilibrée à la base et jamais sans accroc. C'est en consultant les articles sur internet que j'ai compris que je pouvais encore agir pour que mon mari revienne et que notre couple soit de nouveau uni et c'est comme ça j'ai contacté le Maître Comlan AMANGNON pour lui expliquer la situation de mon couple dans le détail pour savoir comment faire. Il a été d'une grande écoute pour mettre en place un travail sur moi pour d'abord me redonner de l'énergie mais surtout pour que mon mari reprenne aussi confiance et soit de retour en comprenant que notre couple est assez fort et peut repartir du bon pied, ce qui a été le cas en quelques jours seulement alors que je désespérais en pensant que tout était fini par ma faute. J'adresse encore mes sincères remerciements au Médium Comlan AMANGNON pour son savoir-faire et l'efficacité de son travail, même si des fois j'ai douté au début de la méthode utilisée, le résultat est là et lui seul compte. merci encore.

    Sylvie Godet

Ajouter un commentaire